Blog de délestage LSB

Ce site vise à héberger des développements trop longs pour Le Salon Beige (www.lesalonbeige.blogs.com)

2/04/2005

Y a-t-il quelque chose à attendre du laïcard ?


Le laïcard français est un être très étrange. Il serait difficile à définir. Jusqu’à présent, sa caractéristique première était de s’opposer à toute influence que pouvait avoir l’Eglise Catholique.
Cette position était assez simple, car l’Eglise était la seule institution en France prétendant jouer un rôle public, social, voire politique. Le laïcard, souvent athée ou vaguement déiste, pouvait ainsi rejeter ensemble l’Eglise (symbole visible de la Chrétienté à finir de détruire) et Dieu, Etre lointain et qui devait le rester.

Oui, mais voilà ! Les choses évoluent ! Deux points principaux ont évolué en France, dont nous développerons principalement le second.
Le premier point est tout simplement la baisse (la perte ?) de l’influence de l’Eglise en France. Malgré les JMJ, malgré certains événements ponctuels, l’Eglise est aujourd’hui peu capable d’être un acteur public, social voire politique. Elle en a d’ailleurs grandement perdu la prétention.
Le second est l’arrivée de l’Islam. Le dilemme du laïcard face à l’Islam est le suivant. L’Islam doit-il être considéré comme un allié pour achever ce qui reste de l’Eglise, ou comme le prochain ennemi ?
Les débats sur le voile ou sur la Turquie européenne sont éloquents à ce sujet. Ils dépassent très largement les clivages politiques traditionnels « droite-gauche ». Les débats à venir confirmeront cette tendance : formation des Imams, place des aumôneries musulmanes (prison, armée, école, etc …), visibilité (construction de mosquées avec grands minarets, de mausolées aux carrefours, place dans les cimetières, nom des rues, prénoms dans les calendriers, etc …). Il semble évident que l’Islam, dans un premier temps, va demander à bénéficier des « avantages résiduels » dont dispose encore le Catholicisme. Le CFCM (conseil français du culte musulman) jouera d’ailleurs sans doute le rôle de « machine à demander »…

Que fera alors le laïcard ? Deux thèses s’affrontent.
Pour les uns, les « pratiques », c’est l’influence religieuse en tant que telle qu’il faut combattre. A ce titre, ils combattront l’Islam qui, par essence, ne peut abandonner son aspect public, social voire politique. Ces laïcards-ci pourront, ponctuellement, être nos alliés. Certains, pourquoi pas, pourront même ouvrir les yeux, leur conversion passant par ce spectacle de deux religions face à lui, la Religion de l’Amour et du Sacrifice en face de la religion de la soumission (le mot arabe islam signifie soumission).
Pour les autres, les « mystiques » du laïcisme, qu’on pourrait appeler les « démoniaques » tant leur source d’inspiration est claire, c’est d’abord le Christ, la Croix et donc l’Eglise qu’il faut abattre. Ici, nous ne sommes plus sur le plan humain, public, social et politique. Nous sommes sur le plan de la Vérité et de la Rédemption. Tout sauf l’Eglise ! N’importe quelle erreur, hérésie, croyance, pratique, plutôt que cette Eglise Catholique instituée par Notre Seigneur Jésus Christ ! De ces « mystiques », il n’y a rien à attendre, hormis la trahison et la persécution.

On le voit, il y a là une faille chez l’ennemi laïcard. Comment profiter de cette faille ? Ce pourrait être l’objet d’un prochain article. Quelques voies cependant :- informer sur la réalité de l’islam- témoigner haut et fort de notre Foi- mettre les laïcards devant leurs contradictions, les obliger à prendre position dans les débats actuels qui leur posent tant de problèmes- et prier, car « les hommes d’armes batailleront et Dieu donnera la victoire. »

Un lecteur du Salon Beige